Art et Collectibles

[Convelio x Widewalls] Episode 6- Portrait de Widewalls

Après avoir travaillé pendant 25 ans en finance et directeur financier au sein de conseils d'administration de certaines des plus grandes institutions financières et avoir mené à bien de nombreux projets stratégiques, Francis a décidé de se lancer dans le monde de l'entrepreneuriat. Après un premier essai avec la création d'une galerie de commerce électronique en ligne à succès, IdeelArt.com, il a acquis Widewalls.ch en juillet 2017, une ambitieuse place de marché en ligne dédiée à l'art moderne et contemporain...

Imogen Prus

Le Festin d'Olympe, 2020, disponible sur ideelart.com et sur le marché de Widewalls. Crédit photo et illustrations par Macha Poynder.

Qu'est-ce qui a motivé votre décision de lancer une entreprise en ligne dans le monde de l'art?

J'ai toujours eu le désir d'être galeriste. Mais lorsque je l'ai envisagé plus sérieusement il y a 7 ans, j'ai réalisé que le secteur "Brick & Mortar" était sérieusement menacé. Je savais que la vente en ligne était l'avenir. Le marché de l'art en ligne a connu une croissance à deux chiffres chaque année depuis lors, et il est peu probable qu'il ralentisse de sitôt...

D'après votre expérience à travers IdeelArt et Widewalls, les collectionneurs achètent-ils réellement des œuvres en ligne?

Bien sûr qu'ils le font! Je ne serais pas ici pour répondre à vos questions si ce n'était pas le cas! Il est vrai cependant que l'art est l'un des derniers secteurs à se moderniser, surtout parce que les galeries résistent à cette tendance depuis un certain temps. Les maisons de vente aux enchères ont cependant montré la voie avec succès, certaines réalisant plus de la moitié de leurs ventes en ligne. Mais avec des images de haute qualité, la transparence des prix, les expositions en 3D, l'accessibilité depuis n'importe quel endroit du monde, je suis convaincu que les ventes d'art en ligne vont non seulement augmenter, mais qu'elles seront aussi un facteur majeur contribuant à l'expansion du marché global de l'art.

Quelle est l'importance d'une présence en ligne pour les entreprises du secteur de l'art?

Les ventes en ligne représentent encore un peu moins de 10% du marché global de l'art (qui vaut 65 milliards de dollars). Mais cette part augmente chaque année, et je pense qu'elle atteindra 20% dans cinq ans. À ce rythme, aucune galerie n'aura la possibilité d'ignorer ce canal de distribution.

Pour les galeristes, combien de temps, d'argent et d'investissement doivent-ils y consacrer?

Pas autant qu'ils le pensent. S'ils ne font pas l'erreur d'essayer de le faire par eux-mêmes. Si vous travaillez uniquement à partir de votre propre site web, alors la constitution d'un public de collectionneurs d'art qualifiés est longue et très coûteuse. Cependant, il existe un certain nombre de marchés en ligne qui peuvent vous aider à le faire. Mais pour moins de 200 euros par mois, n'importe quelle galerie peut rejoindre Widewalls et exposer son inventaire à des centaines de milliers d'amateurs d'art. Nous pouvons même nous charger de la gestion de leur inventaire numérique, non seulement sur Widewalls, mais aussi sur d'autres places de marché de l'art, de sorte qu'ils n'ont même pas besoin d'y consacrer du temps!

Quels conseils donneriez-vous à une galerie qui commence à créer une présence en ligne - quels outils peuvent-ils utiliser, et quelles erreurs doivent-ils éviter?

Ne le faites pas vous-même: utilisez plutôt des places de marché tierces en ligne, telles que Widewalls. Utilisez surtout votre site web comme show-room. Il doit être beau et convivial, mais ne comptez pas sur lui pour vendre beaucoup. Faites-le sérieusement, soyez présent sur au moins 3 plateformes, afin de pouvoir comparer et optimiser. Privilégiez les plateformes qui sont transparentes, celles qui ne s'abstiennent pas de faire de la publicité pour votre inventaire auprès des prospects qu'elles vous envoient. Sinon, votre présence ne vous permet pas d'augmenter votre liste de clients, qui est l'un de vos principaux atouts. Vérifiez leurs conditions pour cela. Restez sur chaque plateforme pendant au moins un an, puis évaluez et voyez si elle fonctionne pour vous. Il faut du temps pour établir une présence sur les plateformes, c'est assez similaire avec les médias sociaux. Soyez actif, quotidiennement si possible. Téléchargez de nouvelles œuvres d'art ou téléchargez à nouveau des œuvres existantes. Publiez vos expositions sur celles-ci si la fonctionnalité existe (vous pouvez le faire sur Widewalls). Les algorithmes d'affichage de la plupart des plateformes favorisent les marchands les plus actifs. Et quelques unes, comme Widewalls, vous fournissent également des outils pour vous aider à être plus actif. Afficher le prix en toute transparence. Sur tout marché, il est essentiel de pouvoir découvrir facilement les prix pour accroître la liquidité (c'est-à-dire le volume des transactions). L'art n'est pas différent. Prenez des photos ou même des vidéos de bonne qualité de l'œuvre d'art. Face, dos, côté, in-situ, signature de l'artiste, zoom. Plus il y en a, mieux c'est. Vous pouvez commencer à prendre des photos en 3D (avec votre smartphone!), car les nouvelles technologies permettront bientôt aux marchands d'organiser des expositions en ligne en 3D et des images en 3D seront nécessaires si vous voulez un meilleur rendu. Décrivez les œuvres d'art avec des descriptions précises, pertinentes et factuelles. Pensez-y comme votre présentation à un acheteur potentiel, sans en faire trop. N'hésitez pas à montrer des stocks importants. L'internet est un jeu de chiffres. Plus il y en a, mieux c'est. Même Perrotin a plus de 2 000 œuvres d'art sur Widewalls! Ne vous embêtez pas à différencier les inventaires d'une plate-forme à l'autre. Les utilisateurs de la plateforme, la façon dont les filtres sont conçus, les moteurs de recommandation et les algorithmes de recherche et d'affichage feront le travail pour vous.

Quelle est votre vision d'une expérience sans faille pour l'achat d'œuvres d'art en ligne? Nous aimerions connaître votre avis sur le e-commerce et le modèle "click and buy", ainsi que vos idées en matière de logistique.

Les collectionneurs doivent pouvoir trouver ce qu'ils recherchent en quelques clics seulement. Offrir la meilleure expérience utilisateur possible est la clé du succès pour tout marché (pas seulement celui de l'art). Pour évaluer notre activité, nous nous concentrons sur des parcours utilisateurs bien conçus, des filtres intelligents, une plate-forme rapide, des moteurs de recherche perspicaces, des expériences personnalisées et des moteurs de recommandation puissants. Les acheteurs n'aiment pas les surprises, aussi la possibilité d'obtenir des devis de transport instantanés (de Convelio par exemple...) ainsi que des informations sur les taxes d'importation, etc. faciliteront sans aucun doute le processus d'achat.

Les entreprises technologiques sont toujours remises en question en ce qui concerne les données. Comment exploitez-vous vos données sur Widewalls?

Widewalls est une plateforme au service des marchands d'art. Nos galeries d'art et nos marchands reçoivent les données que nos utilisateurs fournissent volontiers. Nous n'avons pas d'intentions cachées et nous ne construisons pas, par exemple, une base de données de collectionneurs à utiliser dans dix ans pour anéantir le marché. Nous utiliserons toujours ces informations pour fournir un meilleur service aux marchands d'art et à nos visiteurs. Nous disposons bien sûr d'outils permettant de suivre le comportement et les préférences des utilisateurs, afin de leur fournir de meilleures recommandations. C'est une pratique courante, et nous devrions bientôt mettre en œuvre une technologie très intelligente, alimentée par l'IA, qui combinera la reconnaissance d'images, la description de produits et les comportements des utilisateurs, pour y parvenir. Cela nous permettra de fournir un meilleur service à nos partenaires marchands d'art et à nos utilisateurs.

Chaque début a un parcours, quels ont été les hauts et les bas de Widewalls?

Eh bien, pour être honnête, notre voyage a été une véritable montagne russe. Widewalls a une histoire inhabituelle. La plateforme était à l'origine une initiative privée conçue pour gérer la collection d'un riche collectionneur. Mais en tant qu'entrepreneur en série, il ne pouvait pas résister à la tentation de construire quelque chose de plus commercial. Par la suite, elle est devenue publique et a connu un grand succès en créant du trafic, principalement grâce à son magazine et à son contenu optimisé, elle a constitué une large audience (Widewalls compte actuellement plus d'un demi-million de visiteurs par mois). J'étais l'un de leurs clients par le biais de ma propre galerie, et j'ai décidé de l'acquérir à la suite d'une crise de gestion qui a failli paralyser l'entreprise. J'ai entièrement réorganisé l'équipe, mis en place des processus capables de gérer la croissance, et j'ai fait repenser la plateforme récemment pour pouvoir mettre en place de nouvelles fonctionnalités et de nouveaux services. Comme vous pouvez le constater, nous n'en sommes qu'au début de notre parcours...

Quelles ont été vos priorités et les principales leçons que vous avez tirées de la crise de COVID 19?

De notre point de vue, la crise n'a rien changé en interne. De toute façon, nous travaillons surtout à distance. Mais nous sommes toujours une petite équipe, donc c'est très facile pour nous. Si je devais changer quelque chose suite à cette crise, ce serait probablement de planifier notre expansion et permettre à tout le monde dans l'entreprise de travailler à domicile. Je pense que c'est le modèle de l'avenir et que cela améliorera la vie de chacun. Pensez-y: ne plus jamais avoir à prendre un métro bondé (et attraper la grippe!) deux fois par jour. Au lieu de cela, vous pouvez vivre au bord de la mer ou à la campagne, tout en étant pleinement connecté au reste du monde. Je pense aussi que les expositions de réalité virtuelle en ligne vont devenir beaucoup plus courantes. Nous venons en fait de devenir le distributeur exclusif d'une technologie de RV très innovante et devrions pouvoir offrir ce service à nos utilisateurs et partenaires très bientôt.

Selon vous, à quoi ressemble que le monde de l'art post-Covid?

Pour la plupart des galeries, c'est une révélation. Nous constatons clairement un changement dans l'attitude des marchands d'art à l'égard des ventes en ligne. Cette crise n'est qu'un accélérateur. Le marché était en transition en ligne avant Covid-19. Je pense que les foires d'art vont en souffrir, mais seulement temporairement (et c'est discutable, ce domaine était de toute façon sursaturé, il sera donc intéressant de voir comment le calendrier des foires d'art de 2021 va s’organiser). Les amateurs d'art et les collectionneurs auront toujours envie de découvrir l'art physiquement. C'est notamment le cas des artistes émergents qui n'ont jamais été exposés auparavant, et les foires d'art ont toujours eu un rôle essentiel à jouer à cet égard. Je vois un avenir où les galeries d'art feront surtout des affaires en ligne, peut-être qu'elles organiseront des expositions pop-up, combinées à un programme de foires d'art.

Êtes-vous un collectionneur et achetez-vous personnellement des œuvres d'art en ligne ? Si oui, quels sont les points forts de votre collection?

Ma définition d'un collectionneur d'art est quelqu'un qui n'a pas assez d'espace sur ses murs pour exposer toute sa collection. Je viens de compter, il y a 21 œuvres d'art juste dans mon salon, et j'ai un magasin d'art qui veut monter, donc, je suppose que oui, je suis un collectionneur! J'ai tendance à être beaucoup plus attiré par l'art abstrait. Les plus grandes pièces de mon salon sont une peinture à points de Damien Hirst, qui est accrochée à côté d'un tableau d'André-Pierre Arnal réalisé en 1971, il était membre du mouvement français (et de courte durée) Support-Surface. J'achète beaucoup moins de nos jours (on a un plus grand pouvoir d'achat quand on est banquier, que quand on est un start-up...). J'ai aussi un certain nombre de grandes oeuvres d'art des artistes d'IdeelArt : Tilman, Jessica Snow, Dana Gordon, Martin Reyna, Macha Poynder, Pierre Muckensturm, Anya Spielman, Jeremy Annear, Arvid Boecker, Yari Ostovani, Claude Tétot, Holly Miller, Kyong Lee.

Capture

Francis Berthomier, PDG de Widewalls, avec Christelle Thomas, associée, PDG d'Ideelart. Crédit photo par Francis Berthomier, œuvre de Jeppe Hein "You are Everything (Handwritten)", 2019.

18 juin 2020

Imogen Prus