Art et CollectiblesTransport d'oeuvres d'Art

Le secret des célèbres marchés aux puces de Paris

Didier Philippe

4 min

Flea Market

Les Puces de Saint Ouen sont un endroit absolument unique au monde qui rassemble à ce jour plusieurs centaines de marchands d’antiquités autour de la fameuse rue des Rosiers à quelques encablures de la Porte de Clignancourt. Pour tous, c’est une occasion de découvrir des objets introuvables ailleurs, chinés par des passionnés pour des passionnés. Ces quelques lignes veulent vous aider à vous retrouver dans ce dédale d’allées et de marchés pour découvrir la perle rare que vous cherchez depuis longtemps ! 

Les Puces de Saint Ouen se sont créées à la suite de l’interdiction par le préfet Eugène Poubelle en 1883 et 1884 de déposer des ordures au pied des immeubles. C’est alors que des chiffonniers se rassemblent aux portes de Paris, juste de l’autre côté des fortifications, dans des terrains vagues et inconstructibles pour déballer leur bric-à-brac. Devant le succès de ces déballages, des investisseurs achètent des terrains et commencent à construire en dur à partir de 1920 et louent ces échoppes aux marchands : d’abord le marché Vernaison - à la hauteur du 99 de la rue des Rosiers - puis le marché Malik en 1921, le marché Biron en 1925 et Jules-Vallès en 1938. Après la Seconde Guerre Mondiale, de nouveaux marchés voient le jour : Paul Bert en 1946, Serpette e, 1977 puis Malassis en 1989 et enfin Dauphine en 1991. 

Ce lieu unique où l’on peut trouver des antiquités de tous les siècles et de toutes les provenances - Chine, Japon, Inde… - est visité par plus de 5 millions de personnes par an venant de tous les pays du monde. C’est donc un lieu essentiel pour Convelio qui y propose sa solution de transport international tant aux marchands - nous arpentons les allées et visitons les marchands chaque semaine - qu’à leurs clients. Dès le vendredi matin, à l’heure des braves, les équipes de Convelio enlèvent les objets qui ont été achetés et dont nous nous chargeons du transport. C’est aussi le moment d’aller à la rencontre des marchands, de leur proposer notre solution et d’être à l’écoute de leurs demandes. Si Convelio est une innovation importante pour le marché du transport de l’art par la place que nous donnons au digital, nous n’oublions pas que nos clients sont de hommes et des femmes qui se lèvent tôt et restent là, été comme hiver, pour accueillir tous les visiteurs et clients et nous sommes là avec eux non pas dans un bureau ou derrière un écran mais au milieu des marchés.

La part d’exportation dans les ventes réalisées aux Puces de Saint Ouen est importante pour la plupart des marchands. Si, historiquement, les clients américains sont les premiers ici, de nouvelles nationalités émergent : Japon, Chine, Inde, Australie, Russie… sans oublier les nombreux clients européens bien évidemment. Or, ces clients ont besoin d’une réponse presque instantanée pour se décider à acheter la part du transport dans le coût total d’un achat étant de nature à bloquer la vente ou, au contraire, avec les devis instantanés de Convelio, de la conclure. C’est notre travail chaque fin de semaine auprès des marchands auxquels nous répondons dans l’instant soit en rejoignant le marchand à son stand soit par téléphone soit quand le marchand devise directement depuis tout simplement son téléphone l’envoi pour son client.

Les Puces de Saint Ouen sont des lieux et des marchés à n’en pas douter mais ce sont i avant tout des femmes et des hommes. Cet article n’aurait aucun sens si je ne vous présentais quelques uns de ces visages :

Le marché Serpette avec ses allées couvertes est le lieu idéal si vous aimez le design mais pas seulement.

Paul Bert est une sorte de village dans lequel vous pourrez découvrir tant du mobilier scandinave mais aussi des rotins vintage ou bien encore tout pour installer un bistrot du début du 20ème siècle !

Biron est nettement plus orienté 18ème et 19ème siècles avec une place importante laissée à la peinture même si l’on ne peut résumer ce marché à cela avec ses magnifiques lustres, ses objets chinois et japonais d’exception sans oublier de nombreux meubles estampillés et quelques créateurs contemporains.

Dauphine se déploie sur deux niveaux et vous proposera, outre son carré de l’art contemporain, des découvertes étonnantes entre le vintage américain des années 50 et l’art contemporain iranien !

Malassis vous permettra de vous reposer du brouhaha des allées par son caractère calme et secret.

Vernaison, enfin, est le royaume des chineurs. Il faut se perdre dans ses allées pour y trouver la merveille dont vous réviez !

Et pour finir il faut juste faire une chose : y aller ! Vous n’en reviendrez pas ! 

26 décembre 2019

Didier Philippe