Art et Collectibles

L'impact de Covid 19 sur le secteur des galeries - Art Basel (enquête semestrielle 2020)

Récemment publié par Art Basel et en collaboration avec Arts Economics, découvrez dans ce blog l'impact de Covid 19 sur le secteur des galeries.

Rita Hamri

Lee ufan

Introduction

En période de ralentissement économique, le marché de l'art a toujours fait preuve d'une certaine résilience (par exemple, la crise financière de 2008), mais la pandémie mondiale de Covid 19 a posé un défi très différent à l'industrie. L'analyse suivante a été menée par le Dr. Clare McAndrew et publiée par Art Basel & UBS. Le but est d’étudier l'impact du COVID-19 sur l'industrie de l'art, en particulier le secteur des galeries. Se concentrant sur les six premiers mois de 2020, l'analyse a commencé en juillet et a eu des approches diverses. Pour saisir la dimension des galeries, une enquête a été menée sur les galeries modernes et contemporaines dans plus de 60 pays, recueillant un total de 920 réponses. En outre, le rapport cherche également à comprendre le point de vue des collectionneurs “HNWI” présents dans les trois principaux hubs d'art (États-Unis, Royaume-Uni, Hong Kong) en se concentrant sur la manière dont la pandémie a modifié leur comportement - 360 collectionneurs ont été interrogés.

1- Situation des galeries et perspectives d'emploi

93 % des galeries ont fermé temporairement leurs locaux entre janvier et juillet 2020, avec une période de fermeture moyenne de 10 semaines (de 5 semaines minimum en Corée du Sud ou en Suède à 14 semaines aux États-Unis). Dans un monde post covid, et comme beaucoup d'autres entreprises, les galeries doivent suivre des réglementations strictes et des politiques de distanciation sociale, modifiant considérablement leur mode de fonctionnement (par exemple, réduction de la capacité d'accueil, rendez-vous sur demande, travail à distance, durée des expositions). Parmi les galeries interrogées en juillet qui ont été fermées, 45 % avaient délibérément choisi de rester temporairement fermées, par pure stratégie. Au cours des six derniers mois, de nombreuses galeries ont dû licencier ou réduire leur personnel en réponse à la pandémie COVID-19. D'après les galeries interrogées, ⅓ a réduit son personnel - la plus grande partie étant les galeries dont le chiffre d'affaires se situe entre 250 et 500 000 dollars. En moyenne, une galerie qui réduit ses effectifs perd quatre employés, dont la moitié à temps plein. L'Afrique (42 %), suivie de l'Allemagne et de l'Espagne (38 %) et du Royaume-Uni (36 %) sont les zones géographiques qui ont subi la plus grande réduction de personnel. Dans le future, la plupart des galeries s'attendent à une stabilisation de l'emploi pour le second semestre 2020. En 2019, les galeries se concentraient principalement sur leurs expositions et l'élargissement de leur clientèle. Comme nous nous y attendions, la dynamique du marché a énormément changé, avec un accent énorme mis sur la réduction des coûts, la présence en ligne et la préservation des relations avec les clients afin de survivre.

Lee ufan home

2- Ventes

Les ventes globales dans l'industrie étaient sous pression. Toutefois, le secteur des galeries reste l'un des plus stables par rapport aux maisons de vente aux enchères.

A- Les galeries

En examinant les données, nous pouvons constater que de nombreuses entreprises continuent à commercer, mais que les valeurs/volumes ont diminué. Les galeries ont annoncé une baisse de 36 % en moyenne par rapport à 2019, les galeries de milieu de gamme enregistraient la baisse la plus importante (47 %). Ce qui est assez intéressant ici, c'est que ce sont les mêmes galeries de taille moyenne qui ont été touchées par la crise financière mondiale de 2008, la raison en étant que leurs bases de collectionneurs sont tout simplement plus touchées par le ralentissement économique que HNW et UHNW. En termes de répartition géographique, les galeries du Royaume-Uni et des États-Unis ont été à la hauteur de la baisse moyenne, tandis que la France a enregistré des résultats légèrement meilleurs.Parmi les galeries interrogées, la plupart d'entre elles s'attendent à une baisse sur les six prochain mois - avec des perspectives extrêmement conservatrices pour la fin de l'année 2020. En effet, le modèle commercial classique des galeries est fondamentalement remis en question - dépenses discrétionnaires, déplacements importants et contacts personnels - ce qui les oblige à stimuler la créativité dans leur manière d'interagir avec les collectionneurs, tout en réfléchissant stratégiquement à des initiatives de réduction des coûts.

B- Le marché d'art en ligne

Les ventes en ligne ont atteint 37 % au cours du premier semestre 2020, contre 10 % en 2019. La transition du marché de l'art en ligne a été essentielle pour faire face aux circonstances exceptionnelles que nous vivons. Ce que nous constatons, c'est que les galeries de premier ordre ont adapté leur modèle commercial de manière efficace et représentent 38 % des ventes en ligne. À noter qu'en 2019, ces mêmes galeries de premier ordre étaient les moins actives en ligne. 26 % des acheteurs en ligne étaient de nouveaux collectionneurs, ce qui démontre la valeur ajouté du monde en ligne à gagner en visibilité et en clientèle. Pour les galeries, les différents canaux de vente en ligne sont les suivants : les plateformes en ligne directement sur le site de la galerie, les médias sociaux, le courrier électronique et les plateformes tiers. Pour les foires et les ventes aux enchères d'art, les salles de visionnage en ligne et les plateformes de vente aux enchères en ligne permettent à ces acteurs de poursuivre leurs activités dans la restriction des événements physiques. Seul ¼ des galeries interrogées a déclaré n'avoir réalisé aucune vente en ligne en 2020. Le marché de l'art connaît enfin sa révolution numérique, un aspect qui a longtemps été négligé et auquel on a résisté. En termes d'acheteurs, 29 % des ventes en ligne concernaient des collectionneurs existants qui étaient en contact avec la galerie “en physique”. Les nouveaux collectionneurs qui ont acheté en ligne étaient extrêmement nombreux pour les galeries de premier ordre représentant 34 % de leurs ventes en ligne - ce qui montre que la réputation est la clé de la confiance dans l'achat en ligne.

C- Vente aux enchères

Le secteur des enchères a connu une baisse significative de 17%. Aucune donnée n'était disponible à ce sujet, cette analyse se concentre sur le secteur des galeries. Cependant, nous espérons disposer très prochainement d'un rapport similaire afin de comprendre l'impact de Covid 19 sur le monde des ventes aux enchères.

Lee ufan // julien pan

3- Expositions et foires d'art

Avec l'annulation des foires d'art “physique” en 2020, les galeries ont vu leurs ventes baisser considérablement. En effet, seulement 16 % des ventes en 2020 ont été générées par les foires d'art (contre 46 % en 2019). Là encore, la plupart des galeries s'attendent à une baisse au cours du second semestre 2020, avec des avis très sceptiques. À noter que les foires d'art constituent également l'une des plus grandes dépenses des galeries, l'annulation de ces événements compense en sorte la baisse des ventes. Rappelons qu'en 2019, selon le rapport Art basel, en moyenne 29% des coûts totaux des galeries ont été investis dans la participation à des foires d'art (plus ici). Les salles de visionnage en ligne semblent être une bonne alternative pour reproduire les ventes/expériences des événements physiques. Parmi les galeries interrogées, 67 % ont utilisé les expositions virtuelles des foires d'art comme moyen de vente. 33 % sont très sceptiques quant à cette stratégie et exigent un investissement plus important dans la technologie et l'expérience des utilisateurs. En ce qui concerne le programme d'expositions des galeries, sur 7 expositions, 3 ont été annulées en 2020. D'ici 2021, le nombre d'expositions sera légèrement réduit par rapport aux années précédentes. De plus, les galeries ont prévu de réduire le nombre de foires auxquelles elles participeront en 2021 (la moyenne passant de quatre en 2019 à trois).

5- Supports et stratégies dans le monde de l'Art

A- Collaboration des galeries

Les associations de galeries ont été extrêmement actives au cours du premier semestre 2020 pour renforcer les collaborations dans ces circonstances exceptionnelles. Aux États-Unis et au Royaume-Uni, de nombreuses initiatives ont été entreprises par les associations de marchands pour offrir davantage de ressources afin de fournir un soutien, des informations et un alignement concernant les réouvertures afin d’assurer une collaboration croisée entre les acteurs du secteur de l'art.

B- Technologie

D'énormes investissements ont été réalisés dans les nouvelles technologies afin d'améliorer la présence en ligne et d'offrir une expérience de collecte innovante. La réalité virtuelle, l'imagerie 3D et la réalité augmentée ont été les outils les moins utilisés car ils sont les moins accessibles, mais pourraient changer la donne pour la transition du secteur. D'énormes espoirs sont placés dans le développement technologique pour assurer la fluidité du secteur de l'art en ligne et surtout dans sa démocratisation en termes d'accessibilité (par exemple, les prix, l'expérience client..).

C- Soutien dans le monde de l'Art

Les formes de soutien COVID-19 les plus courantes auxquelles les galeries ont déclaré avoir accès sont les suivantes: les subventions, les subsides ou autres fonds d'urgence fournis par les gouvernements. Cependant, les galeries sont soumises à une forte pression et ont beaucoup de difficultés à accéder aux aides publiques en raison du niveau élevé de bureaucratie et de paperasserie.

D- Priorités

En 2019, les principales priorités des galeries étaient de se concentrer sur les expositions dans les foires d'art et d'élargir la portée géographique de leur clientèle. Aujourd'hui, les objectifs sont très différents. Dans un monde COVID, les galeries veulent principalement se concentrer sur le maintien de leur relation avec les collectionneurs d'art existants et adopter une approche de réduction des coûts pour assurer leur rentabilité/survie. La stratégie en ligne sera essentielle pour stimuler les ventes et établir des liens avec leurs clients, tandis que l'investissement dans la technologie sera un facteur clé de différenciation. En outre, à l'instar de la sensibilisation du grand public, de nombreuses galeries mettront également l'accent sur l'aspect durable du marché de l'art (par exemple, la réduction de l'empreinte carbone). En effet, cet aspect est devenu l'une des principales priorités en 2020 (avec 58 % des répondants contre 29 % en 2019).

Lee ufan install

6- Perspective des collectionneurs

Les personnes fortunées restent actives dans le monde de l'art. Plus de la moitié ont investi plus de 100 000 dollars dans l'art et les objets de collection et 16 % ont dépensé plus d'un million de dollars. Les salles de visionnage et les plateformes en ligne ont été utilisées par les collectionneurs pour acquérir une pièce (⅓ des participants). Instagram a également été un puissant canal de vente, représentant 32 % de l'acquisition. Aujourd'hui, les collectionneurs attendent plus de transparence de la part du monde de l'art, affirmant qu'il est essentiel de disposer d'informations sur les prix en ligne tout en naviguant sur le net. L'environnement pandémique a poussé les collectionneurs à continuer à investir dans l'art avec une réelle volonté d'élargir leur collection d'art.

Conclusion

Pour conclure, les galeries sont dans une position particulièrement vulnérable et connaîtront évidemment une baisse de leurs ventes en 2020. Cette année sera une année difficile pour tous les acteurs du secteur de l'art et l'on s'attend globalement à ce qu'un nombre important de galeries ferment définitivement. Pour survivre et réussir, les galeries devront repenser leur modèle d'entreprise et adopter une approche stratégique pour la gestion des coûts, la présence en ligne et les relations avec les clients. Elles devront être créatives et innovantes afin de se différencier, ce qui est particulièrement vrai pour les acteurs artistiques de taille moyenne/petite. En effet, nous nous attendons à ce que le fossé entre les grandes galeries et les galeries de taille moyenne/petite continue à se creuser, car la plupart des collectionneurs de HNW continueront à soutenir leurs galeries préférées, ce qui ne fera que renforcer le statu quo et rendra encore plus difficile l'existence de nouvelles/jeunes galeries. Cependant, sur une note positive, nous pensons que l'art fera toujours partie de notre monde et que nous surmonterons cette crise ensemble ! Chez Convelio, nous nous assurerons toujours de fournir le meilleur service pour aider les marchands d'art dans leurs opérations et nous développons continuellement le bon outil pour aider la transition du monde de l'art en ligne !

16 septembre 2020

Rita Hamri