Art Basel report 2021 - Partie I

La pandémie de COVID-19 a touché toutes les régions du monde, tous les secteurs et à peu près tout le monde. Dans ce rapport, nous nous pencherons sur le fameux rapport sur le marché d'Art Basel 2021, en revenant sur 2020 et en réfléchissant à l'impact de cette pandémie sur le marché de l'art.

Art Basel Report

I- Perspectives mondiales

Les ventes mondiales d'art et d'antiquités ont atteint en 2020 50,1 Mds$ soit une baisse de 22% par rapport à 2019. Comme prévu et avec la transaction en ligne du monde de l'art, les ventes en ligne d'art & antiquités ont atteint un record de 12,4 Mds$ et représentent ¼ de la valeur du marché. Les États-Unis, le Royaume-Uni et la Chine sont toujours les trois principaux hubs artistiques du secteur tout en connaissant une baisse de la génération de ventes. Les Etats-Unis détiennent toujours une part de marché de 42% en 2020 contre 44% en 2019, le Royaume-Uni représente 20% et la Chine 20%.

L'introduction de nombreuses exigences et réglementations dans le cadre de la 5e directive anti-blanchiment de l'UE et, au Royaume-Uni, des amendements à la réglementation sur le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme, qui sont entrés en vigueur en janvier 2020, a constitué une question importante pour le marché de l'art en Europe en 2020. Ces cadres réglementaires impliquent que tous les acteurs du marché de l'art impliqués dans des transactions de plus de 10 000 € doivent effectuer un contrôle KYC et un contrôle préalable.

A- Les États-Unis

En général, les ventes sur le marché américain ont chuté de 24 % et ont atteint 21,3 milliards de dollars. Si l'on compare ce chiffre à celui de la dernière récession économique, il reste supérieur au niveau du marché à 76 % (ce qui signifie qu'il est encore plus performant que pendant la crise des subprimes). Le marché américain a conservé sa position de leader À l'exception des ventes de Domestique, les États-Unis ont toujours été une plateforme cruciale pour le commerce transfrontalier et cela a toujours été leur principal avantage concurrentiel pour conserver leur position de leader sur le marché. Bien que le protectionnisme de l'administration Trump ait été une énorme source d'inquiétude pour l'industrie (c'est-à-dire les guerres commerciales avec la Chine) , les préoccupations liées à la réglementation du commerce ont diminué au cours de l'année. À noter que l'importation d'œuvres d'art aux États-Unis a toujours été relativement constante, mais qu'en 2020, elle a chuté de 55 %. En examinant ces données, deux questions peuvent être posées afin d'identifier les raisons d'une telle chute : 1) La modification de l'impôt sur les plus-values est en train d'être introduite dans le secteur de l'art, ciblant les acteurs très riches/haut de gamme du marché (encore à déterminer) 2) La volatilité logistique qui a fortement impacté le marché de l'art en termes d'exportation et d'importation (forte volatilité des prix du fret, faible trafic aérien...).

B- UK

Au Royaume-Uni, les ventes ont diminué de 22% pour atteindre un total de 9,9 milliards de dollars en 2020, le niveau le plus bas depuis une décennie. Cependant, il conserve 20 % des ventes mondiales malgré un environnement extrêmement difficile - le Brexit et la pandémie - ont rendu l'année difficile pour le Royaume-Uni. L'accord final de commerce et de coopération signé en décembre 2020 et janvier 2021 stipule que les importations au Royaume-Uni seront désormais soumises à la TVA et à d'autres charges, ce qui a constitué un facteur inhibiteur pour les relations sur le marché de l'art entre le Royaume-Uni et l'UE (pour plus d'informations sur le Brexit et son impact sur la logistique, cliquez ici). A noter que d'autres marchés comme les Etats-Unis et la Chine ne sont pas affectés. Selon le rapport d'Art Basel, Londres conservera sa place de plaque tournante mondiale en raison de son infrastructure de premier ordre et de sa réglementation favorable aux ventes de haut niveau. Il est toutefois probable que les ventes de moindre valeur se déplacent en dehors du Royaume-Uni (peut-être vers la France). En ce qui concerne le déplacement de l'échelon supérieur, la question reste sans réponse (bien que les membres du commerce de l'art français espèrent profiter de cet élan).

C- Chine

Les ventes de la Chine ont baissé de 12% en 2020 pour atteindre une génération de valeur de 21,1 milliards de dollars. C'est la troisième année que le marché connaît une baisse ; cependant, il est important de noter que cette baisse est encore moins importante que sur d'autres marchés. Le marché de l'art chinois a été le premier marché à connaître des blocages cependant au second semestre 2020 ils ont réussi à bénéficier d'une forte dynamique. En effet, la Chine a enregistré de fortes ventes aux enchères ce qui leur a permis de se hisser à la première place du marché des ventes aux enchères.

Selon certains experts mentionnés dans l'étude, la reprise du marché chinois dans son ensemble peut être en partie attribuée à la résolution des problèmes de TVA qui ont surgi en 2018 et 2019. Pour expliquer très brièvement, à la fin de 2018, les maisons de vente aux enchères ne pouvaient émettre que des factures officielles de TVA pour la prime qu'elles recevaient des acheteurs (prix du marteau + prime). Cependant, la plupart des vendeurs (personnes vendant aux enchères) étaient des personnes privées, ce qui rendait l'ensemble du processus difficile, provisoirement, en termes de taxes et de délivrance de documents aux vendeurs, et allait à l'encontre de la législation mise en place en Chine continentale. À partir de mai 2020, de nombreux changements dans la réglementation ont permis aux maisons de vente aux enchères d'émettre des factures complètes, ce qui a facilité l'ensemble du processus et a donc stimulé les ventes au cours du second semestre de l'année. Cela démontre l'importance du cadre fiscal et juridique dans l'acquisition d'œuvres d'art et dans la création de l'infrastructure nécessaire à l'épanouissement du secteur de l'art.

D- Reste du monde

Dans l'ensemble de l'UE (hors Royaume-Uni), la part de marché est restée stable (12 % du marché en glissement annuel). La France a connu une croissance constante en 2019 (voir le rapport Art Basel 2020), mais en 2020, elle voit ses ventes retomber à 6 %. L'Allemagne et la Suisse ont représenté 2 % respectivement.

II- Concessionnaires

Dans l'ensemble et comme on l'a vu dans d'autres industries, les retombées de la crise du COVID-19 ont eu un effet négatif sur les ventes des concessionnaires. En effet, par rapport à 2019, les ventes des concessionnaires ont chuté de 20 % pour atteindre 29,3 milliards de dollars (contre une augmentation positive 2019 par rapport à 2018 de 2 %).La clé de la survie pour les concessionnaires était de réduire les principaux coûts d'exploitation afin de maintenir la rentabilité. Compte tenu du nouveau paysage économique, les priorités des concessionnaires se sont déplacées pour se concentrer davantage sur les clients existants plutôt que de trouver de nouveaux clients), les ventes en ligne (plutôt que l'espace physique) et trouver de nouvelles façons de réduire les coûts. À l'horizon 2021, la plupart des concessionnaires interrogés ont classé les éléments suivants par ordre de priorité : 1) les relations avec les clients, 2) les ventes en ligne, 3) les foires.

Dans l'ensemble, le sentiment concernant les perspectives du marché reste positif. 58% des personnes interrogées s'attendent à une amélioration des ventes. L'établissement de relations solides avec les clients sera essentiel en 2021, en effet, pendant cette période sans précédent, la taille de la base de clients des concessionnaires a diminué (de 64 clients en moyenne par galerie à 55 clients).

Il est à noter que seulement 1% des marchands interrogés ont fermé définitivement pour des raisons financières liées à l'annulation des foires d'art (ce qui les empêchait de maintenir leur activité en termes de coût/bénéfice).

Si l'on examine la répartition entre les segments, les concessionnaires du segment inférieur, dont le chiffre d'affaires est inférieur à 250 000 dollars, ont été les plus malchanceux. Si nous recoupons ce rapport avec cet article sur le marché des concessionnaires pendant le COVID-19, nous pouvons supposer que la réputation de la marque a de nouveau joué un rôle important (principalement lors du déploiement de la stratégie en ligne pour atténuer le risque). Cependant, cela peut être remis en question, les petites et moyennes galeries qui avaient l'habitude de fonctionner avec une structure efficace ont réussi à être un peu plus agiles et les pièces de moindre valeur se sont vendues plus facilement en raison de leur accessibilité, tandis que les grands acteurs ont subi un plus grand choc en termes de coûts opérationnels.

En ce qui concerne les performances des concessionnaires, on constate d'importantes différences entre les régions : Les États-Unis (11%), l'Afrique (18%) ou l'Asie ont connu une baisse disparate au cours des six premiers mois par rapport à la seconde moitié de l'année. Globalement, les baisses les plus importantes ont été enregistrées chez les concessionnaires européens (28% en moyenne) : Royaume-Uni (24%), France (32%).

Si l'on examine les sous-segments, les marchands du marché de l'art contemporain ont réussi à "surperformer" les autres catégories.

Sur la base des résultats de l'enquête, nous constatons que le nombre médian d'œuvres vendues en 2020 était de 34, contre 55 en 2019.

Au cours des années précédentes, les enquêtes ont constamment montré que le marché souffrait de l'absence d'infrastructures de crédit/prêt et ne pouvait pas accéder aux prêts commerciaux. Cependant, dans de nombreux marchés, des prêts gouvernementaux ont été mis à disposition en 2020, permettant à certaines entreprises de survivre. Parmi les personnes interrogées, 68% ont déclaré avoir accès à des prêts gouvernementaux, 18% à des banques ou des institutions privées et 10% à des prêts personnels/privés.

III- Ventes aux enchères

Les ventes aux enchères publiques d'objets d'art et de collection ont atteint en 2020 17,6 milliards de dollars, soit une forte baisse de 30 % par rapport à 2019 (hors ventes privées). Sur la base des estimations, les ventes privées ont atteint 3,2 milliards de dollars en 2020, soit une hausse de 36 % par rapport à 2019. Cela montre que la traction est toujours forte et est extrêmement positive pour le monde des enchères. Les plus grands hubs d'enchères restent les mêmes, les États-Unis, le Royaume-Uni et la Chine représentent 81% de la part de marché des enchères publiques. A noter que la Chine a détrôné les Etats-Unis pour devenir le plus grand marché avec 36% des parts de marché. L'art d'après-guerre et contemporain reste le secteur le plus important dans le domaine des ventes aux enchères publiques de beaux-arts, suivi de très près par l'art moderne (les deux représentent 81%).

De nombreuses maisons de vente aux enchères ont dû suspendre les enchères en direct pour passer à un format uniquement en ligne. Le passage au numérique a créé un autre type d'excitation.

La baisse des enchères s'explique par trois facteurs principaux : 1) Réduction du volume 2) Réduction de la valeur 3) & Réduction pure et simple des enchères (avec très peu d'acheteurs se disputant les lots).

IV- Foires d'art

Sur les 365 foires d'art mondiales prévues en 2020, 61% ont été annulées et 37% ont organisé des événements physiques en direct, tandis que les 2% restants ont décidé de faire un événement hybride. Selon une enquête menée par Art economics, 62 % des foires d'art ont proposé une version en ligne (OVR) de leur foire en 2020 (par exemple, Frieze, 1-54...).

En ce qui concerne les événements en direct, la part des ventes provenant des foires d'art en direct a diminué de façon spectaculaire, ne représentant que 13 % des ventes totales des marchands, contre 45 % l'année dernière, et 9 % ont été réalisées par le biais des OVR.

41% des collectionneurs fortunés (HNW) interrogés dans le cadre de cette étude ont acheté leur pièce dans une foire d'art et 45% dans un OVR.

La moitié des collectionneurs HNW interrogés souhaitent assister à des foires d'art au cours des 6 premiers mois de 2021 et 64% seraient prêts à participer à des événements locaux. Plus de 68% sont extrêmement intéressés à assister à des foires au troisième trimestre et 80% au quatrième trimestre.

V- En ligne

Comme prévu, les ventes en ligne ont atteint un record en 2020 atterrissant à 12,4 milliards de dollars (doublant pratiquement en valeur). De même, dans le secteur des ventes aux enchères d'œuvres d'art, 22 % des lots vendus l'ont été en ligne (doublement par rapport à 2019) (fait amusant : les œuvres de plus d'un million d'euros représentaient 6 % des ventes aux enchères en ligne). Pour onThe Art market, la transition en ligne a été cruciale pour faire face à la pandémie. C'est la première fois que le commerce électronique a dépassé le commerce de détail général. Sur l'ensemble du marché, les marchands, les maisons de ventes aux enchères et les foires d'art ont beaucoup investi dans leur exposition en ligne afin d'assurer la continuité de leurs activités et de conserver leur visibilité. À noter que les acteurs de premier ordre ont connu la plus forte augmentation en raison de leur image de marque et de leur réputation (plus d'informations à ce sujet dans cet adorable article). 90% des collectionneurs HNW ont visité des sites web en ligne, des OVR ou des ventes aux enchères en ligne et ont estimé que la transparence des prix était cruciale lors de la consultation d'œuvres d'art en ligne.

April 12, 2021

Rita Hamri